logo

                            ​        

Occitan, Istòria d'un descreis

Dempuèi lo sègle XI, l'occitan es l'instrument d'una creacion literària e d'una vida populària ininterrompudas. Malgrat una transmission sociala a l'ora d'ara fòrça compromesa, aquesta lenga demòra una compausanta importanta de la cultura dins la partida mai vasta del Sud de França.
Lenga culturala e intellectuala del sud de França pendent tot lo periòde medieval, tot particularament amb los trobadors (" lo que tròba "). Los trobadors inventèron l'amor cortés en espandir l'idèa novatritz de fidelitat a la dòna puslèu qu'al senhor. Lor ideologia se propaguèt rapidament dins Euròpa tota. Atal, balhèron lo ton a las corts europèas aprèp los tempses tristes que seguissèron las invasions barbaras e creèron l'estil de vida rafinat de las corts senhoralas.

La crosada dels Albigeses foguèt lo punt de despart decisiu d'una seria d'annexions a França de la màger part de las províncias e reiaumes occitans.
Lo descreis de l'occitan coma lenga administrativa e literària durèt de la fin del sègle XV fins al sègle XIX. L'occitan cessèt pas de pèrdre son estatut de lenga sabenta. Al cors del sègle XVI, la grafia precedentament en usatge tombèt dins l'oblit (çò qu'accentuèt l'ordonància de Villers-Cotterêts qu'imposèt l'usatge administratiu del francés). Los escriches foguèron d'ara enlà sovent redigits dins de grafias variadas e de còps pauc coerentas.

La lenga del rei de França acabèt per s'impausar dins tot lo país dins l'oral (en particular dins las províncias occitanofònas anciana coma Peitau, Santònja o Charantas, Marcha e la Basse Auvèrnha, e mai una partida de Ròse-Alps). S'impausèt solament dins los escriches administratius e juridics dins las autras regions d'Occitània (regions actualament occitanofònas).

" Pour accoutumer les peuples à se plier au roi, à nos moeurs, et à nos coutumes, il n'y a rien qui puisse plus y contribuer que de faire en sorte que les enfants apprennent la langue française, afin qu'elle leurs devienne aussi familière que les leurs, pour pouvoir pratiquement si non abroger l'usage de celles-ci, au moins avoir la préférence dans l'opinion des habitants du pays. "
— Colbert en 1666

La Revolucion francesa confirmèt aquesta tendéncia, perque los jacobins, per favorisar l'unitat nacionala, imposèron lo francés coma sola lenga oficiala, çò qu'empechèt pas la lenga d'òc de demorar la lenga parlada, e mai d'èsser utilizada pels revolucionaris per propagar mai eficaçament lors tèsis.

Citacions de l'Abbat Grégoire en 1793 :
" L'unité de la République commande l'unité d'idiome et tous les Français doivent s'honorer de connaître une langue (Nota: le français) qui désormais, sera par excellence celle des vertus du courage et de la liberté. "
" Il serait bien temps qu'on ne prêchât qu'en français, la langue de la raison. Nous ne voyons pas qu'il y ait le plus petit inconvénient à détruire notre patois, notre patois est trop lourd, trop grossier l'anéantissement des patois importe à l'expansion des Lumières, à la connaissance épurée de la religion, à l'exécution facile des lois, au bonheur national et à la tranquillité politique. "
" Néanmoins la connaissance et l'usage exclusif de la langue française sont intimement liés au maintien de la liberté à la gloire de la République. La langue doit être une comme la République, d'ailleurs la plupart des patois ont une indigence de mots qui ne comporte que des traductions infidèles. Citoyens, qu'une saine émulation vous anime pour bannir de toutes les contrées de France ces jargons. Vous n'avez que des sentiments républicains : la langue de la liberté doit seule les exprimer : seule elle doit servir d'interprète dans les relations sociales. "

La lenga, malgrat qualques temptativas literàrias al sègles XVI, subrevivèt pas mai que dins los usatges populars rarament escriches e aquò fins al sègle XIX amb lo renovèl del Felibritge. Los mèdias occitans venguèron eles-meteisses d'adversaris ardents de l'occitan :

" Ce malheureux baragouin (Nota: l'occitan) qu'il est temps de proscrire. Nous sommes Français, parlons français. "
— un lector de L'Écho du Vaucluse, 1828

" Le patois porte la superstition et le séparatisme, les Français doivent parler la langue de la liberté. "
— La Gazette du Midi, 1833

" Détruisez, si vous pouvez, les ignobles patois des Limousins, des Périgourdins et des Auvergnats, forcez les par tous les moyens possibles à l'unité de la langue française comme à l'uniformité des poids et mesures, nous vous approuverons de grand coeur, vous rendrez service à ses populations barbares et au reste de la France qui n'a jamais pu les comprendre. "
— Le Messager, 24/09/1840

L'occitan demorarà per una granda majoritat d'abitants dels païses d'òc la sola lenga parlada per la populacion fins al començament del sègle XX. A aquesta epòca, l'escòla republicana francesa (tre la IIIena republica) joga un ròtle bèl dins la desaparicion de l'usatge oral de la lenga occitana. D'una part l'escòla se fa gratuita e obligatòria per totes. D'autra part, lo sistèma educatiu francés causa una reculada importanta de l'occitan pel biais d'una politica de denigrament e de culpabilizacion dels occitanofòns. En efièch, tendís a culpabilizar los locutors occitans en pretextar que per capitar dins la vida cal parlar francés. La repression de l'utilizacion de la lenga al sen de l'escòla es fòrça importanta : sevícias fisicas, umiliacions... A aquesta epòca, se ditz qu'" es interdich d'escupir a tèrra e de parlar patés ". Tanplan, lo tèrme de patés es contestable perque es pejoratiu. Sa tòca foguèt de far doblidar que l'occitan es una lenga e de far creire que l'utilizacion del patés èra obscurantista perque èra pas la meteissa d'un vilatge a l'autre.

" Le patois est le pire ennemi de l'enseignement du français dans nos écoles primaires. La ténacité avec laquelle dans certains pays, les enfants le parlent entre eux dès qu'ils sont libres de faire le désespoir de bien des maîtres qui cherchent par toutes sortes de moyens, à combattre cette fâcheuse habitude. Parmi les moyens il en est une que j'ai vu employer avec succès dans une école rurale de haute Provence... Le matin, en entrant en classe, le maître remet au premier élève de la division supérieure un sou marqué d'une croix faite au couteau...Ce sou s'appelle : le signe. Il s'agit pour le possesseur de se signe (pel " signeur " coma dison los escolans) de se débarrasser du sou en le donnant à un autre élève qu'il aura surpris prononçant un mot de patois. Je me suis pris à réfléchir au sujet de se procédé... C'est que je trouve, à côté de réels avantages, un inconvénient qui me semble assez grave. Sur dix enfants, je suppose qui ont été surpris à parler patois dans le journée, seul le dernier est puni. N'y a-t-il pas la une injustice ? J'ai préféré, jusque-là, punir tous ceux qui se laissent prendre [...]. "
— Correspondéncia generala de l'Inspeccion primària, 1893

" Je considère qu'un enseignement du dialecte local ne peut être donné qu'en proportion de l'utilité qu'il offre pour l'étude et pour la connaissance de la langue nationale. "
— Léon Bérard, Ministre de l'Instruccion publica, decembre de 1921

Los cambiaments socials del començament del sègle XX tanben sòna l'origina de la depreciacion de la lenga. Amb la revolucion industriala e l'urbanizacion, parlar pas qu'occitan constitissiá un andicap per accedir a de pòstes importants. De parents nombroses causiguèron alara de parlar pas que lo francés a lors enfants. Çaquelà per eles-meteisses, lo francés èra la lenga de l'escòla e de l'administracion, mas èra pas lor lenga mairala.

Las ecatombas de la primièra guèrra mondiala accelerèron singularament lo movement de francizacion. En efièch, en Occitània, existissiá de comportaments demografics especifics: la causida de l'enfant unic. Se pòt legitimament considerar, que lo dinamisme lingüistic occitan es mòrt amb lo descreis demografic dels occitans.

En seguida de las pèrdas de la Primièra Guèrra mondiala, Occitània aguèt recors tre las annadas 1920 a l'immigracion estrangièra per se repoblar e se rebastir (espanhòls, italians, armenians, ...). Los novèls venguts aprenguèron la lenga que èra incontornabla per s'integrar: lo francés. Aquesta immigracion foguèt essencialament urbana occasionant d'aqueste fach una dilucion dels occitanofòns en vila e una copadura amb las populacions ruralas, encara larjament occitanofònas. Cal notar que los rares immigrants en zònas ruralas aprenguèron sovent l'occitan e de còps lo transmetiguèron a lors enfants.

Los adversaris de l'occitan existisson encara uèi, jos de formas divèrsas :

" Avec 4000 francs je pourrais acheter une mitraillette et en finir avec l'occitan. "
— Lo principal adjunt d'un collègi de la banlèga tolosenca, annadas 1990

" Le nissart est inutile parce que les Niçois parlent très bien le français. "
— Un cònsol dels Alps Maritimes annadas 1990

" Notre vision des " langues " et des " cultures " régionales, aseptisée, baigne dans la niaise brume des bons sentiments écolo-folkloriques et se nourrit d'images d'un passé revisité... Ce ne peut être un objectif national. En proposant aux jeunes générations un retour à des langues qui n'ont survécu que dans les formes parlées, pour l'essentiel privées de l'indispensable passage à la maturité que donne la forme écrite, littéraire, philosophique, croit-on sérieusement leur offrir un avenir de travail, d'insertion sociale, de pensée ? "
— Danièle Sallenave, Partez, briseurs d'unité !, Le Monde, 3 de julhet de 1999

Lo descreis tanben es soslinhat per las institucions europèas, e mai l'UNESCO. Los dialèctes occitans son classats en situacion de dangièr important o fòrt important de desaparicion.

L'occitan es un cas unic en Euròpa. Es la sola lenga parlada per mantun milions de personas que possedís pas una sola cadena de television especifica. Çaquelà i a de programas en occitan sus cèrtas cadenas.